Chiang Mai Ville – « La Rose Du Nord »

Avec ses airs de pôle urbain assumé, ses projets économiques ambitieux et son attractivité touristique croissante, la ville cache bien son jeu… Un guide touristique de Chiang Mai ne serait pas complet sans une approche culturelle.

Multi-centenaire par son histoire, stratégique par sa localisation et étonnante par sa pluralité ethnique, la capitale historique du royaume Lanna s’impose comme l’alter-égo décontracté et décomplexé de Bangkok, à mille lieues des tergiversions urbaines des métropoles du Sud-est asiatique, mais à un pas de leur prospérité économique.

Nichée dans les contreforts boisés, bordée par l’infâme Triangle d’Or et voisine de la junte militaire longtemps au pouvoir en Birmanie, la « Rose du Nord » a appris à évoluer dans un environnement particulièrement hostile, et entend bien s’ériger en modèle régional de développement socio-économique sain et durable. Décryptage…

 

 

 

La fameuse Tha Pae Gate de Chiang Mai
La fameuse Tha Pae Gate de Chiang Mai (Source: Sawadie)

Chiang Mai Ville : des Temps Médiévaux à la Modernité

L’histoire de Chiang Mai est l’exemple type d’un contexte de fondation donnant lieu à un nom de cité. A la fin du 13e siècle, le puissant roi Mengrai est à la recherche d’un emplacement sûr pour bâtir la nouvelle capitale du royaume Lanna, après l’échec de l’expérience éphémère de Wiang Kimkan qui accusait des inondations à répétition, perçues superstitieusement comme le signe de la désapprobation des Dieux.

Non loin de là, à cinq kilomètres en direction du nord, Mengrai le Grand jettera son dévolu sur une contrée aux terres fertiles, aux cours d’eau abondants et à la verdure royale. C’est ici que sera bâtie la « nouvelle ville », « Chiang Mai » en thaï du Nord, à l’abri de la route des Mongols, mais aussi des caprices météorologiques (1296).

Forte de ses moissons prolifiques, de sa paisibilité inédite dans une région instable et de la clairvoyance de son roi qui scellera de nombreuses alliances avec ses belligérants d’autrefois, la ville nouvellement fortifiée s’imposera comme le centre névralgique du royaume Lanna, pour s’inscrire définitivement dans l’histoire profonde du royaume de Thaïlande.

Si la période post-Lanna peut se résumer en une succession de luttes intestines pour le pouvoir, entrecoupées d’une occupation birmane qui aura duré plus de deux siècles, Chiang Mai retrouvera des couleurs après son rattachement au royaume de Siam, et construira sa nouvelle identité du haut de ses reliefs montagneux, autour de sa multiethnicité, de sa douceur de vivre et de sa prédisposition à accueillir une activité économique dense et dynamique.

 

Panorama de la "Rose du Nord"
Panorama de la « Rose du Nord »

Multiethnicité et Ouverture sur le Monde de la « Rose du Nord »

Avec une superficie de plus de 40 km² et une population urbaine de quelque 150 000 habitants, Chiang Mai est la ville la plus importante du Nord de la Thaïlande. Six fois plus proche de la Birmanie (140 km) que de Bangkok (700 km), la ville, ainsi que la province de Chiang Mai, affichent une composition démographique multiethnique, marquée par la présence des minorités ethniques regroupées sous l’expression générique de « tribus des collines ».

Cette hétérogénéité matérialise aujourd’hui le passé tumultueux de la région, minée par les affres de la guerre froide et la succession des conflits civils qui ont donné lieu à des flux migratoires en direction du Sud.

Si elle compte principalement des Thaïs et des peuples issus des minorités historiques, celle que l’on surnomme affectueusement la « Rose du Nord » attire de plus en plus d’étrangers, venus goûter aux joies d’une météo clémente, d’une économie émergente et d’un coût de vie résolument maîtrisé.

Bien que le Thaï du Centre soit la langue de prédilection de l’enseignement académique, le Kham Muang ou le Thaï du Nord a brillamment résisté aux dérives uniformistes et aux tentatives de certaines élites thaïes de gommer les signes de la diversité, pour s’ériger aujourd’hui en porte-étendard de la culture du Nord et en garant du patrimoine historique multi-centenaire de la ville.

En dépit de sa relative isolation géographique qui a concouru par le passé à une certaine négligence étatique, Chiang Mai a développé un système éducatif efficient et efficace, avec des universités prestigieuses comme la Chiang Mai University qui est le premier établissement d’enseignement supérieur public construit hors de la capitale Bangkok, l’université de Payap qui est la première institution privée à glaner le statut d’université, mais aussi la Chiang Mai Rajabhat et l’Université Technologique de Chiang Mai.

La richesse de l’offre académique et le maintien des coûts de scolarité à des niveaux relativement bas ont favorisé l’afflux des étudiants étrangers, principalement issus des pays voisins, qui viennent apporter leur pierre à l’édifice de la diversité de la ville.

 

Le Canal de Chiang Mai faisant le tour complet du centre historique de la ville.
Le Canal de Chiang Mai faisant le tour complet du centre historique de la ville.

Chiang Mai: D’un Pôle Agricole à un Hub de l’Innovation

Si elle a longtemps revêtu l’habit d’une cité agricole et artisanale, l’économie de Chiang Mai brille aujourd’hui par son potentiel entrepreneurial et son appétit pour la créativité et l’innovation.

Plutôt que de rompre avec les secteurs économiques historiques qui ont fait sa renommée, la vision Creative Chiang Mai entend leur redonner un nouveau souffle en favorisant l’émergence d’un écosystème moderne, ponctué par les innovations technologiques et les nouvelles pousses issues des envolées entrepreneuriales des jeunes chefs d’entreprise locaux.

Parallèlement à ses atouts touristiques, portés par la diversité des paysages géographiques, la richesse du patrimoine culturel et religieux et le potentiel dépaysant de la ville qui abrite de nombreuses minorités ethniques profondément attachées à leur mode de vie traditionnelle, Chiang Mai a d’ores et déjà amorcé son virage digital et ambitionne de se muer en « zone économique spéciale et en hub de la créativité ».

Avec la vision Creative Chiang Mai, l’ensemble des parties prenantes concourront à niveler par le haut les opportunités socio-économiques proposées aux jeunes, en leur garantissant l’accès à la technologie, au savoir et au financement des projets.

 

 

Parallèlement à son projet CCM, Chiang Mai continue de capitaliser sur son profil atypique pour booster les arrivées touristiques qui affichent des indicateurs de performance pour le moins euphoriques. En effet, ils ont été plus de 8 665 502 à fouler le sol de la ville en provenance des autres régions du royaume mais aussi des quatre coins de la planète, propulsant ainsi la ville au podium des destinations les plus prisées par les touristes, avec la station balnéaire de Pattaya et l’île de Phuket.

En plus des touristes « classiques », attirés par les nombreuses possibilités de trek dans les massifs montagneux, les excursions dans les villages des hauteurs avoisinantes pour observer le mode de vie traditionnel des tribus des collines et la douceur de vivre de cette capitale culturelle décontractée, Chiang Mai voit affluer un nouveau genre de visiteurs surnommés les « cols blancs ». Dès l’inauguration du Centre de Conférence et d’Exposition (CCE) en 2013, Chiang Mai a accueilli des milliers de salariés et de chefs d’entreprise dans le cadre d’activités de communication événementielle des firmes multinationales.

La cartographie touristique de la ville est complétée par les adeptes du bouddhisme qui prisent ses quelque 300 temples (notamment le Wat Phrathat Doi Suthep, Wat Chiang Man et le Wat Phra Singh), les « patients » étrangers qui souhaitent recourir à des prestations médicales (chirurgie esthétique et interventions à caractère non urgent) et les retraités occidentaux qui voient en Chiang Mai une destination paisible, exotique, et surtout confortable.

Cette attractivité a d’ailleurs fait l’objet de quelques récompenses internationales attestant de la notoriété de la destination « Chiang Mai ». Le 7 juillet dernier, le magazine américain aux 5 millions de tirages « Travel + Leisure » a publié les résultats du vote de ses lecteurs pour le classement des 15 meilleurs destinations mondiales en 2016. Avec un score de 91,25 sur 100, Chiang Mai s’est hissée à la 2e place derrière la ville américaine de Charleston mais devant Kyoto, San Miguel de Allende, Barcelone, Cape Town ou encore Florence.

 

Autre articles pouvant vous interesser:

Voir
Cacher