Géographie de la Province de Chiang Mai

A 685 km de Bangkok, à l’extrême nord de la Thaïlande, la province de Chiang Mai affiche une situation géographique stratégique, sur le bassin du Ping, un des deux principaux tributaires de la Chao Phraya.

Au carrefour des routes de la soie, au pied des hauteurs du Nord, la province a forgé son identité multiculturelle et pluriethnique au fil des flux migratoires en provenance de la Birmanie, avec qui elle partage une ligne frontalière au nord, mais aussi du Laos, via la province limitrophe de Chiang Rai…

 

Des rizières dans la Province de Chiang Mai
Des rizières dans la Province de Chiang Mai

Généralités Géographiques

Cernée par les chaînes montagneuses de la région (Daen Lao au nord, Thanon Thong Chai au sud et Khun Tan à l’est), la province de Chiang Mai culmine à une altitude moyenne de 300 mètres et abrite une forêt tropicale dense, typique du climat de savane tropicale de l’Asie du Sud-est. Le Mae Ping, un des deux principaux tributaires de la Chao Phraya, trouve son origine dans les montagnes de la chaîne Daen Lao.

Chiang Mai abrite le point culminant du royaume de Thaïlande, le Dio Inthanon, qui s’élève à 2 565 mètres. La diversité des paysages de la province a incité les gouvernements successifs à aménager de nombreux parcs nationaux (Doi Suthep-Pui, Ob Luang, Sri Lanna, Huai Nam Dang, Mar Wang et Pha Daeng).

 

 

La région de Chom Thong compte de nombreuses chutes d’eau qui coulent le long d’un escarpement en granite, au pied du Doi Inthanon, pour une hauteur de près de 80 mètres.

Chiang Mai s’étend sur une superficie totale de 20 107 km², ce qui la place en seconde position derrière Nakhon Ratchasima et devant Kanchanburi. La province propose certains des paysages les plus pittoresques du royaume, avec une vallée fertile aux flancs du Ping, ponctuée de jungles, de rivières, mais aussi de quelques champs de pavots qui subsistent encore aujourd’hui.

Un Climat de Savane Tropicale

La province jouit d’un climat tempéré agréable, à l’opposé des régions du centre et du sud qui souffrent de températures extrêmes lors des saisons chaudes et froides. Selon la classification de Köppen, le climat de Chiang Mai est de type « tropical de savane Aw », qui se traduit par des températures mensuelles moyennes supérieures à 16°C pendant toute l’année et une saison sèche très marquée avec une pluviométrie cumulée inférieure à 60 mm.

Ce climat favorise les forêts denses et claires, et la formation de la typologie d’arbres et de buissons que l’on retrouve dans les savanes subhumides et xéromorphes.

Trois saisons se succèdent dans la province. La saison chaude s’étale de mars à juin et se caractérise par des températures élevées qui oscillent généralement entre 30 et 35°C. L’air sec et poussiéreux décuple les effets de la pollution atmosphérique qui devient de plus en plus conséquente dans la région. En effet, il n’est pas rare que la concentration des matières particulaires dépasse de 100% les limites conventionnelles arrêtées par l’Organisation Mondiale de la Santé. La saison chaude est parfois entrecoupée d’orages brefs accompagnés de pluies soudaines.
De juillet à octobre, la saison pluvieuse se traduit par une verdure omniprésente et une légère baisse des températures. La pluviométrie croît progressivement, sans toutefois dépasser les 250 mm par mois.

Enfin, la saison froide s’étale d’octobre à février. Elle se caractérise par des températures agréables qui varient entre 15 et 31°C ainsi qu’une pluviométrie quasi-nulle. Cette période constitue donc logiquement la haute saison touristique à Chiang Mai.

 

Coucher de Soleil à Huai Nam Dang
Coucher de Soleil à Huai Nam Dang

La Birmanie au Nord

Chiang Mai partage un bandeau frontalier au nord avec la province birmane de Shan. Cette proximité s’avérera décisive pour la composition démographique de la province thaïlandaise, qui accueillera à partir des années 1980 de nombreux réfugiés issus des minorités ethniques persécutées par la junte militaire au pouvoir en Birmanie. Ainsi, les Lahus, Lisus et autres Akhas éliront domicile dans les hauteurs de Chiang Mai et constitueront avec les Yaos, Hmongs et les Karen ce que les Thaïlandais désignent sous le nom de « tribus des collines ». Plus qu’un simple pays limitrophe, la Birmanie a profondément impacté l’histoire contemporaine de la province de Chiang Mai.

 

Les Provinces Voisines de la Province de Chiang Mai

Du nord au sud, dans le sens des aiguilles d’une montre, Chiang Mai partage des lignes frontalières avec les provinces limitrophes de Chiang Rai, Lampang, Lamphun, Tak et Mae Hong Son.

Chiang Rai: La province de Chiang Rai est le principal point de contact de Chiang Mai avec la zone du Triangle d’or, qui abrite des milliers d’hectares de plantations illicites d’opiacées, principalement dans son pendant laotien et birman.

Lampang: Au pied du Doi Luang, au bord du Wang, Lampang est une province montagneuse dominée par une forêt tropicale dense au nord et des plaines herbeuses au centre, qui abritent une activité agricole soutenue. Avec l’agriculture, la céramique et l’extraction minière des balls clay, pierres de Chine et lignites sont les principales activités économiques de la province.

Lamphun: La province de Lamphun se situe au cœur de la vallée du Ping. Entourée des montagnes de Thanon Thong Chai à l’ouest et de Khun Tan à l’est, la province témoigne de l’influence de l’école Dvaravati par ses nombreux temples et sanctuaires de commémoration. Historiquement, c’est la seule province à avoir résisté aux assauts répétés des Khmers.

Tak: La province de Tak est une vaste contrée montagneuse au tracé irrégulier. Elle abrite le barrage de Bhumibol, construit entre 1958 et 1964 pour réguler le flux du Ping pendant la saison pluvieuse. Son lac artificiel reste à ce jour le plus grand de tout le royaume, avec une superficie totale de 300 km². La province est également le point d’intersection des chaînes montagneuses Tenasserim et Dawna.

Mae Hong Son: La population de la province de Mae Hong Son est principalement constituée des différentes composantes des tribus des collines (63%). Elle compte de nombreuses formations montagneuses, majoritairement recouvertes de forêts tropicales. Mae Hong Son jouit aujourd’hui d’une renommée internationale grâce au peuple Padaung Karen, dont les femmes continuent de pratiquer la fameuse élongation du cou par des anneaux métalliques en spirale.

 

 

 

L’article suivant pourrait vous intéresser:

Voir
Cacher