Le Wiang Kum Kam

Le Wiang Kum Kam est un site archéologique qui si se situe au nord de la Thaïlande, à 5 kilomètres de la ville de Chiang Mai. C’est une ancienne cité datant du XIII è siècle qui contient plusieurs ruines des temples de Chiang Mai de la même époque. La découverte de ce site s’est faite par le plus grand des hasards lorsque la population locale fouillait des tablettes dans le sol. Les récits affirment que le Wiang Kum Kam était la capitale du Royaume du Lanna bien avant la création de Chiang Mai.

Temple Wiang Kum Kam
Temple Wiang Kum Kam

L’histoire du Wiang Kum Kam

Ce serait aux alentours de 1287 que le roi Mengrai décida de faire de Wiang Kum Kam, la nouvelle capitale du Royaume de Lanna, après qu’il eut élu domicile successivement à Chiang Rai et Haripunchai.

A cette époque, Wiang Kum Kam était une cité déjà prospère. Il ne l’aurait donc pas créé, à proprement parlé, mais aurait grandement contribué à son développement commercial. Un progrès économique qui tire sa source des rives de la rivière Ping, en sachant que les cours d’eau étaient les seules grandes voies de communication commerciale de l’époque.
Cette rivière causa aussi la perte de la ville puisqu’au cours de la saison des pluies, les eaux montèrent jusqu’à provoquer d’immenses inondations dévastatrices.

 

 

Ainsi, en tant que souverain prudent et avisé, Mengrai quitta les lieux en quête d’un nouveau site plus sûr à la construction d’une nouvelle capitale qui évoquera la bonne image d’un royaume plus résistant aux contraintes de la nature et à l’invasion des troupes ennemies. Ce qui donna lieu, en 1296, à la création de Chiang Mai, la nouvelle ville et capitale qui succéda à Wiang Kum Kam et Chiang Rai.

Après le départ du roi, l’ancienne cité Wiang Kum Kam demeura en activité mais se dépeupla très vite à cause de son manque d’influence, mais surtout à cause de la montée très fréquente des eaux. Trois siècles plus tard, les alluvions et les limons finirent par avoir raison de la ville au point de l’ensevelir complètement sous une immense montagne de boue.

Wiang Kum Kam restera enfouie sous les décombres deux siècles durant sans que personne ne se demande l’origine des quelques chédis en ruines uniques qui ont témoigné du passé glorieux de l’ancienne capitale de Chiang Mai.

C’est seulement au cours des années 80 que les historiens entreprirent des fouilles sur le site, en cherchant essentiellement des tablettes gravées et des poteries anciennes, jusqu’à ce qu’ils tombent sur une découverte surprenante. Ils trouvèrent les vestiges d’une ancienne ville se situant au sud de la vieille ville de Chiang Mai, contenant plus d’une vingtaine de temples dont l’emplacement est délimité entre la rivière Ping et l’autoroute de Lamphun.

Les temples du Wiang Kum Kam

Sur le site archéologique du Wiang Kum Kam, pas moins de vingt temples sont recensés. La plupart des monuments présents n’ont pas trop d’intérêt historique, soit parce qu’ils ont été construits récemment suivant le modèle architectural thaïlandais classique, soit parce qu’il n’en reste rien à cause du temps ou des inondations. Toutefois, quelques-uns d’entre eux demeurent en activité jusqu’à nos jours puisqu’ils sont les seuls témoins de l’époque prospère de Wiang Kum Kam et méritent certainement le détour.

Wat Chedi Liem - Wiang Kum Kam
Wat Chedi Liem – Wiang Kum Kam
  • Les Temples Principaux du Wiang Kum Kam

On distingue plus particulièrement le Wat Chedi Liam datant du XIII è siècle représentant le Mon d’Haripunchai et des influences birmanes dans l’ensemble de son architecture. Il est plus connu pour sa structure pyramidale composée de 5 niveaux, à l’intérieur desquelles se trouve 3 niches abritant des statues de Bouddha debout. C’est un temple encore actif de nos jours et il est considéré comme l’un des plus importants du Wiang Kum Kam.

Par ailleurs, il y a aussi le Wat Khan Tom, également nommé le Wat Chang Kum (temple porté par les éléphants): ce temple fut bâti aux environs de 1290 par ordre du roi Mengrai. Il tire son nom de son chédi en forme de cloche, avec des sculptures d’éléphants sortant de la base, qui donnent l’impression de supporter sur leur dos l’ensemble de l’édifice. On rencontre un style similaire à ce cas dans le parc historique de Sukhothai, avec le Chedi encerclé par les éléphants. On raconte que son chédi est habité par l’esprit du roi Mengrai.

Wat E Kang - Wiang Kum Kam
Wat E Kang – Wiang Kum Kam
  • Les Temples Secondaires

En 1984, le Wiang Kum Kam fut fouillé par le Département des Beaux-Arts Thaï et certains temples ont pu bénéficier d’une restauration partielle, permettant ainsi de retracer leurs histoires à travers le temps. Parmi eux, on retrouve, le Wat E Kang.

Selon certaines chroniques, la construction du Wat E Kang remonte aux environs du XVI e siècle. A l’origine, seuls les singes répondant aux noms de « Kang » habitaient le site et c’est la seule raison pour laquelle la population locale lui attribuait le nom de Wat E Kang. Après les fouilles de 1984, le Département des Beaux-Arts trouva un chédi et un viharn en son sein.

Le chedi de brique est encore bien conservé et il possède une base carrée assez large, idéale pour une petite promenade. Quant au viharn, seule une grande base est conservée, mais il laisse quand même des traces intéressantes de la décoration du Nord composée de motifs en spirale, ainsi que des restes de 16 piliers.

 

 

Après le Wat E Kang, on notera également le Wat Thao Khao, également nommé le « temple du chédi blanc » du fait de son chédi de brique, recouvert à l’origine par une couche de chaux. On estime que la construction de ce temple remonte aux environs du XVIII e Siècle et il a été partiellement restauré par les Beaux-Arts en 1986.

Enfin, un des temples historiques à découvrir au Wiang Kum Kam est le Wat Pu Pia, composé d’un chédi, d’un viharn et d’un pavillon destiné à réaliser des cérémonies bouddhistes. Le chédi reste en très bon état et sur chaque côté sont nichées des images de Bouddha très vénérées par la population de l’époque. Le site a été restauré partiellement par les Beaux-Arts en 1986.

Plus de 20 temples se situent actuellement sur le site archéologique du Wiang Kum Kam, mais ce sont ceux qui sont les plus importants et qui valent vraiment le détour.

Wat Pu Pia - Wiang Kun Kam
Wat Pu Pia – Wiang Kun Kam

Comment se rendre au Wiang Kum Kam

Le site archéologique du Wiang Kum Kam se trouve à proximité de la rivière de Ping, un peu plus au sud de la ville de Chiang Mai.

Le moyen le plus rapide et le plus facile de s’y rendre est de faire appel à un taxi privé qui coûte aux environs de 100 bahts par personne et par trajet. Il faut compter à peu près 15 minutes en partant du centre-ville de Chiang Mai.

Les agences de location offrent aussi la possibilité de louer un songthaew (ou taxi rouge). Un moyen encore plus pratique mais qui revient un peu plus cher. En moyenne, les frais de location varient entre 200 et 400 baht.

La visite du parc historique du Wiang Kum Kam

Le site archéologique de Wiang Kum Kam est un très vaste espace, ouvert tous les jours de 8h à 17h. L’entrée est gratuite mais il peut être difficile de le visiter à pied sans le moyen de transport adéquat qui est payant. Pour cela, il existe deux façons :

  • La calèche, est le moyen de transport le plus prisé du site. C’est une sorte de petite charrette tirée par un cheval qui peut contenir jusqu’à 3 personnes. Le tour varie entre 45 minutes et 1 heure durant lequel les arrêts sont organisés autour de 6 à 9 monuments prédéfinis. Il n’est donc pas possible de définir soi-même son circuit. Une place coûte environ 200 bahts, soit 5 € par personne.
  • Le tram, propose un programme similaire que l’attelage. Le plus, il est plus convivial et revient moins cher. Le moins, c’est qu’on peut très vite se sentir à l’étroit une fois à bord. Le tram est limité à 20 passagers pour un tarif de 300 bahts (6 à 10 personnes)

Autres Articles sur les Temples de Chiang Mai pouvant vous intéresser:

 

Voir
Cacher