Conduire à Chiang Mai (et à fortiori en Thaïlande)

Commençons cet article par deux bonnes nouvelles.

La première, si vous ne le savez pas encore : les thaïlandais conduisent à gauche, comme en Angleterre, en Australie, au Japon etc..

La deuxième bonne nouvelle : la Thaïlande est dans le top 4 des pays les plus dangereux de la planète concernant les routes depuis des années. Avec un taux de mortalité oscillant entre 38 et 44 pour 100 000, environ 75% des victimes de la route sont des deux roues.

Bien, maintenant que vous êtes prévenus, voyons les moyens de locomotion disponibles, si tant est que cette première mise en garde ne vous ait pas refroidi.

 

 

Se déplacer à vélo dans Chiang Mai

Chiang Mai est une ville relativement petite, même si elle est étendue. Louer un vélo pour la journée est tout à fait possible, si vous avez organisé un planning de visites dans un périmètre restreint ou bien si vous voulez simplement vous balader dans la ville.

Maintenant, comme dans toute la Thaïlande, il vous faut bien comprendre que si vous êtes sur un vélo :

  • personne ne vous laissera passer parce que vous êtes sur un vélo. C’est la loi du plus fort.
  • vous devrez être extrêmement attentif à la route et tout ce qui s’y passe.
  • vous éviterez de prendre les artères principales. Si possible vous chercherez des trajets parallèles sans avoir à subir le trafic et les pots d’échappement.
  • vous ne resterez JAMAIS au milieu de la route pour tourner, sur les axes principaux, si vous décidez de les parcourir, à moins que l’endroit soit relativement sécurisé.

Le vélo, si vous faites attention, ne présente pas un grand risque mais mieux vaut prévenir que guérir.

Barrage de Police - Chaing Mai
Barrage de Police – Chaing Mai

Louer un scooter

La solution la plus commune et la plus pratique. Louer un scooter coûtera généralement entre 150 et 200 bahts à la journée et vous permettra de visiter toute la ville durant votre séjour.

Les conseils sont similaires à ceux du vélo, avec quelques petits points spécifiques en plus :

  • Si vous n’avez jamais conduit de scooter, ne tentez pas le diable. Alors oui, c’est super cool de conduire un scooter dans un pays tropical, les cheveux au vent, avec ce sentiment de liberté. Les touristes qui décèdent des suites d’un accident de 2 roues, en Thaïlande, sont légions.
  • Le port du casque est obligatoire, ainsi que le permis international, pour conduire un scooter en Thaïlande. Libre à vous de conduire sans casque et sans permis mais dans ce cas, ne vous étonnez pas de prendre des amendes en permanence (amendes évitables lorsqu’on sait où sont les barrages de police, mais tel n’est pas votre cas).
    Le tarif, si la police vous arrête, est de 200 bahts. Les policiers tenteront de vous soutirer entre 400 et 500 bahts pour vous laisser partir. Encore une fois, libre à vous de rentrer dans le jeu de la corruption ou pas.
  • Soyez EXTREMENT vigilants lorsque vous conduisez et que vous n’avez jamais conduit dans des pays disons… exotiques concernant la route. Ne vous étonnez pas si vous vous faites doubler par la droite, par la gauche, que vous subissez des queues de poisson, c’est standard. Évitez les mouvement brusques.
  • Prévoyez toujours, durant la saison des pluies, un coupe vent, que vous pourrez vous procurer un peu partout en ville, et un casque fermé. Conduire mouillé, à la rigueur, vous pourrez vous en accommoder sans protection, mais conduire sous une averse, en Thaïlande, avec de l’eau qui vous arrive directement dans les yeux, c’est un plaisir facilement évitable et un danger dont vous pouvez vous passer.
  • Si un feu est rouge et que vous voulez tourner à gauche (petit rappel : vous roulez sur la gauche de la route, donc tourner à gauche en Thaïlande, c’est comme tourner à droite en France), tournez, ne restez pas à l’arrêt à attendre que le feu passe au vert si vous pouvez y aller, autrement ça risque de gronder derrière. Et oui, en Thaïlande, si la route est libre et ne présente pas de danger, on y va gaiement.
  • Évitez les grands axes durant les heures de pointes, le matin entre 8h30 et 9h30 et en fin d’après midi, de 16h30 a 18h. Même si en scooter, les trajets sont facilités dans le trafic, vous éviterez un moment mémorable remplit de magnifiques odeurs de pots d’échappement, en plus de poireauter parfois pendant 10 minutes si le feu vient de passer au rouge.

Louer un scooter a Chiang Mai est la meilleure solution si vous avez un peu d’expérience dans la conduite de deux roues. Quasiment toutes les activités majeures de la ville seront a moins de 15/20 minutes (sauf durant les heures de pointe), à l’exception de Doi Suthep.

Si vous n’avez jamais conduit de scooter mais que vous désirez le faire sur place, prenez un peu de temps pour pratiquer, dans des rues calmes. Ne vous aventurez surtout pas sur le « carré » (la route faisant le tour du centre ancien) directement.

Ça bouchonne à Chiang Mai
Ça bouchonne à Chiang Mai

De l’intérêt de louer une voiture pour visiter Chiang Mai

Louer une voiture présente-t-il un intérêt ? Nous allons tenter de répondre à cette question.

Tout d’abord, les conseils précédents s’appliquent aux voitures mais si vous n’avez jamais conduit à gauche, peut être n’est ce pas vraiment une bonne idée de commencer en Thaïlande.

La question primordiale à vous poser, si vous songez à louer une voiture, est la suivante : Allez vous rester dans Chiang Mai pour visiter les attractions de la ville ou bien prévoyez vous de sortir de la ville pour visiter Pai, Chiang Rai ou bien Doi Inthanon ?

Si vous envisagez de rester en ville, la voiture ne vous sera d’aucune utilité et sera même une contrainte. Vous regretterez sûrement, après 2 jours, votre location. Entre la conduite délicate, le trafic, les feux interminables, les places de parking introuvables… Bref, vous nous avez compris, avoir une voiture pour rester en centre ville ne présente absolument aucun intérêt.

Par contre, à partir du moment ou vous souhaitez vous évader en dehors de la ville, louer une voiture est une option envisageable, si vous souhaitez éviter les mini bus touristiques. L’avantage que vous en tirerez provient de la liberté qu’elle vous conférera. Les tours en mini bus ne vous laissent pas une grande liberté, on est plus dans le tourisme de masse, version fast food, que la balade touristique tranquille.

En louant une voiture, vous pourrez par exemple visiter Mae Rim à votre rythme ou aller voir le Temple Blanc de Chiang Rai sans avoir à suivre un tour classique et en évitant l’heure de pointe.

Si vous louez une voiture et que vous prévoyez de faire de la route, comprenez bien que :

  • même sur des « autoroutes », les thaïlandais ne vont que rarement se rabattre pour vous laisser les doubler. Il resteront au milieu de la route et il vous faudra souvent doubler par la gauche (petit rappel : doubler par la gauche en Thaïlande est similaire a doubler par la droite en France).
  • Si les thaïlandais sentent qu’ils peuvent vous doubler, même sur une bande blanche, ils le feront. Cela s’applique également pour les voitures roulant dans l’autre sens. Donc à l’inverse du code de la route français, si vous voyez qu’une voiture commence à vous doubler mais qu’il peut y avoir danger, écartez vous légèrement et ralentissez.
  • Une voiture est garée de l’autre coté de la route ou vous roulez ? C’est souvent le premier engagé qui passe, à l’inverse de l’occident ou le véhicule roulant sur la voie libre est prioritaire. Si un conducteur thaïlandais, conduisant dans l’autre sens, décide qu’il va passer le premier, il le fera.
  • Là où il y a la place de passer, les thaïlandais passeront. Bande d’arrêt d’urgence, espace suffisant pour doubler, sur la droite, sur la gauche, par dessus, par dessous… Là ou ça peut passer, y’a pas de raison de se priver !

Vous l’aurez compris en lisant ce texte, il y a une petite exagération dans tout ce qui est dit, bien qu’il y ait aussi une grande part de vérité.

Aborder le sujet de la conduite à Chiang Mai, et à fortiori en Thaïlande, est assez délicat. Le tableau décrit ressemble à un cauchemar volontairement.

Le plus important, c’est que vous compreniez que vous n’êtes pas en occident et que c’est à vous de vous adapter à leur conduite, pas à eux de s’adapter à la votre.

 

Vous pouvez aussi avoir une lecture à ce sujet sur le blog Rainier et son article sur les dangers sur les routes thaïlandaises. Le style est différent mais le constat est bel et bien le même.

One thought on “Conduire à Chiang Mai (et à fortiori en Thaïlande)

  • août 12, 2016 at 8:43
    Permalink

    Pas mal,non en fait , j’ajouterai bien ton site ;
    belle presentation, c’est clair, en bon francais ;
    merci.
    J’ajouterai une petite astuce concernant le parking a Chiang Mai et aussi partout en Thailande;
    s’il est vrai que trouver un emplacement de parking est parfois delicat voire impossible..il existe une solution : les Wat , meme s’ils sont eux aussi assez encombres en vehicules de toutes sortes , on arrive assez facilement a se garer , meme quand on conduit un pickup Isuzu 4 portes comme le mien .
    Et les stations services qui parfois offrent de belles surfaces de stationnement .
    En dehors de la ville, du carre en tous cas, c’est deja plus facile et puis il y a les grands centres commerciaux comme Maya sur la route du Doi Suthep .
    Circuler en velo autour du carre est en fait assez simple vu l’engorgement en journee;
    par contre le soir quand c’est plus degage, c’est beaucoup plus dangereux surtout s’il fait nuit, meme si on a de la lumiere, devant ET derriere parce que les usagers a moteur s’en donnent a coeur joie pour faire vroom vroom avec leurs engins parfois trafiques.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir
Cacher